Blog
Comment créer un Pitch Deck de Startup pour les investisseurs ? Les clés pour réussir votre levée de fonds !

Comment créer un Pitch Deck de Startup pour les investisseurs ? Les clés pour réussir votre levée de fonds !

Andréa Bensaid, Eskimoz CEO
Andréa Bensaid
28/03/24
Pitch Deck

Le temps est venu de trouver des financements pour votre startup. Dans ce but, vous devez vous doter d’un outil incontournable : le pitch deck. Une présentation concise de votre projet, de votre vision, de votre valeur ajoutée et de la viabilité financière de l’entreprise – car, après tout, vous vous adressez à des investisseurs.

La qualité de cette exposition peut faire toute la différence entre la réussite et l’échec : vous avez l’opportunité de produire une impression durable, mais aussi de faire valoir le potentiel de votre projet, tout en prenant l’assurance nécessaire pour convaincre vos interlocuteurs. Comment créer un pitch deck de startup pour les investisseurs, et ainsi obtenir les financements dont vous avez besoin pour faire grandir votre projet ?

C’est quoi, un pitch deck de startup ?


Avant de découvrir comment créer un pitch de startup pour les investisseurs, il faut bien comprendre de quoi l’on parle. Qu’il s’agisse de séduire des investisseurs ou des partenaires potentiels, ou encore d’intégrer un incubateur, le fondateur d’une startup doit généralement passer par la case « pitch » : une présentation en public destinée à communiquer sur son projet et à démontrer la pertinence du produit ou du service développé par l’entreprise.

Ainsi, le pitch deck consiste à donner un maximum d’éléments concernant la startup, mais dans un temps limité, afin d’inciter les interlocuteurs à s’impliquer dans le projet. Si vous vous adressez à des investisseurs, l’objectif sera de décrocher des financements en les invitant à entrer au capital de votre structure.

En fonction des critères définis par les professionnels qui vous écoutent, vous n’aurez que quelques minutes pour vous exprimer… et parfois une seule minute dans le cadre d’un « elevator pitch » (on y reviendra plus bas).

Dans la mesure où tout peut se jouer en un instant, il est donc important de comprendre comment créer un pitch de startup pour les investisseurs. Il est crucial de réfléchir à la meilleure manière de présenter votre projet et votre histoire, de transmettre les informations qui font sens, et de mettre en avant les arguments susceptibles de faire mouche.

Cela, en vulgarisant au maximum afin d’adapter la présentation à tous les types de public, sans noyer les auditeurs sous des torrents de données complexes et de termes techniques.

Il faut aussi avoir en tête qu’il ne suffit pas d’avancer des chiffres concrets : certes, le business plan est une composante fondamentale du pitch deck, mais l’aspect financier du projet est loin de constituer le seul argument viable. À ce titre, les investisseurs seront autant (voire plus) séduits par l’utilité du projet, la vision du fondateur, le dynamisme de l’équipe ou le charisme de l’intervenant, que par des promesses de résultats mirobolants.

Un vrai bon pitch deck doit alors se focaliser sur le problème rencontré par l’audience ciblée et sur la qualité de la solution proposée, sur la capacité de l’entreprise à répondre à une problématique spécifique d’une manière originale et efficiente, et pourquoi pas, sur les feedbacks positifs des clients tests.

Comment créer un pitch de startup pour les investisseurs ? Les clés pour construire une présentation efficace


Passons à la question phare : comment créer un pitch deck de startup pour les investisseurs ? Un pitch de qualité se compose de plusieurs parties et suit une progression logique en étapes, avec des composantes précises : accroche, couple problème + solution, business plan, etc.

Le guide que nous proposons ci-dessous peut servir à produire une présentation orale, mais aussi à bâtir un pitch deck (« pont de lancement ») : le support qui vous servira à illustrer votre discours, par exemple sous la forme d’un diaporama, et qui est généralement attendu par les investisseurs.

Voici comment créer un pitch deck de startup pour les investisseurs en n’oubliant aucune composante majeure.

Votre accroche


Vous vous apprêtez à présenter votre startup, votre projet, votre vision de l’entrepreneuriat. Vous faites face à un collège d’investisseurs, de multiples paires d’yeux fixées sur votre visage.

La première chose à faire, et la plus importante sans doute, c’est de captiver votre auditoire à l’aide d’une accroche bien travaillée et parfaitement maîtrisée : il faut immédiatement briser la glace et donner envie à vos interlocuteurs de vous écouter pendant les 5, 10 ou 15 minutes qui vont suivre, sans décrocher une seconde.

Une bonne manière de procéder consiste à démarrer avec un élément déclencheur : une question, une anecdote, une citation, un chiffre clé. Quelque chose qui surprend, qui intrigue, qui séduit – bref, qui crée d’emblée une connexion entre votre public et vous. Une sorte d’introduction générale à la présentation que vous allez faire.

Ce n’est que dans un second temps que vous devez vous présenter, préciser votre rôle dans l’entreprise, et évoquer vos compétences et/ou votre expérience en lien avec le projet. Il ne s’agit pas de réciter un CV, mais d’employer les méthodes du storytelling pour raconter votre histoire et pour capter l’attention.

Le problème et la solution apportée


À la question de savoir comment créer un pitch deck de startup pour les investisseurs, il est fréquent de répondre par une autre interrogation : quelle solution tangible apportez-vous à un problème concret ?

Il est vrai que cette interrogation est au cœur de votre projet entrepreneurial, et que votre réponse doit ressortir dans votre présentation. Il vous incombe de décrire avec précision la problématique qui vous a poussée à créer votre startup, la solution que vous avez inventée pour y répondre, et la valeur ajoutée que vous apportez au public. Or, il ne suffit pas de le dire : il faut aussi le démontrer, en exposant des preuves – données de marché, retours des consommateurs, tests réalisés auprès de clients, expériences menées en interne, etc.

Pour ce qui est de souligner la pertinence de votre solution, vous avez le choix des armes. Vous pouvez en présenter les fonctionnalités, en lister les bénéfices, en valoriser les points différenciants (par rapport à ce que propose la concurrence). Vous avez le champ libre pour diffuser un extrait vidéo, faire une démonstration du produit, afficher des captures d’écran ou des infographies, lancer un témoignage vidéo ou audio, présenter un prototype, etc.

Mais attention : la concision et la clarté sont de mise ! Trop souvent, la solution est qualitative, mais mal amenée, trop complexe et fastidieuse, donc insaisissable pour un public profane. Vous devez être capable de résumer votre idée en quelques mots – une ou deux phrases au maximum – et troquer les détails techniques contre des bénéfices liés à son utilisation.

Un exemple ? N’expliquez pas précisément comment vos baskets révolutionnaires sont faites, mais mettez l’accent sur l’amélioration des performances sportives qu’elles permettent.

Votre business model


C’est une étape déterminante de tout pitch de startup : la démonstration de la fiabilité financière du projet. Une dimension d’autant plus importante que « startup » est souvent synonyme de « risque financier majeur » et que les investisseurs ont besoin d’être rassurés pour consentir à s’impliquer dans l’affaire.

L’idée est de montrer que votre entreprise est viable sur le plan financier, qu’elle est en mesure de générer des revenus, et que vous avez réfléchi avec soin aux moyens à mettre en œuvre pour atteindre vos objectifs en matière de chiffre d’affaires.

Cela suppose de répondre à un grand nombre de questions simples (sur le papier) : que vendez-vous ? à qui ? à quel prix ? de quelle manière ? dans quel secteur géographique ? sur quelle période de temps ? Ici, les tableaux de bord, les métriques et les graphiques sont les bienvenus, en plus d’un proof of concept bien élaboré.

Votre marché


C’est un autre aspect essentiel du business model : montrer que vous avez une connaissance aiguë du marché dans lequel vous évoluez, de sa taille et de son potentiel économique.

Vos investisseurs doivent pouvoir visualiser les opportunités offertes par le marché, ainsi que la traction commerciale de votre startup – sa capacité à attirer les consommateurs, à intéresser les médias, à capter l’attention du grand public. Ils doivent aussi en comprendre les risques et les contraintes, en toute transparence.

Le but n’est pas de débiter une étude de marché complète, mais d’en résumer les informations qui intéressent directement vos interlocuteurs. Cela, afin de répondre à une interrogation clé : ce marché peut-il permettre à votre startup de se développer efficacement et dans des délais raisonnables ?

Votre roadmap


Tous les éléments cités jusqu’à présent ont un point commun. Ils vous expliquent comment créer un pitch de startup pour les investisseurs en vous appuyant sur les données dont vous disposez déjà, et en tenant compte de l’expérience concrète glanée depuis le lancement de votre projet.

Mais il en faut plus pour convaincre des interlocuteurs de placer leur argent dans votre entreprise. Il faut leur offrir une vision de l’avenir, leur donner à imaginer ce que sera votre startup demain, dans 1 an, ou dans 5 ans.

C’est l’objet de la roadmap, ou « feuille de route » : un document qui anticipe l’évolution de la structure à travers une projection déployée en général sur 18 à 24 mois, mais qu’il est possible de pousser beaucoup plus loin.

Ce parcours hypothétique doit évoquer les étapes clés de la croissance, les seuils de chiffre d’affaires à atteindre, les erreurs potentielles à éviter et les obstacles à contourner, ainsi que les nouveaux marchés à explorer.

La roadmap est aussi l’occasion de présenter votre stratégie commerciale à venir, les leviers que vous comptez actionner pour toucher vos audiences : canaux de communication, évolution de la politique tarifaire, actions marketing, modes de distribution, etc.

Votre équipe


C’est un fait connu : investir dans une startup, c’est d’abord investir dans une équipe. Vos interlocuteurs vont donc prêter une attention toute particulière à cette partie de la présentation (plus encore qu’à l’idée ou au business plan), afin d’évaluer le potentiel des personnes qui portent le projet. L’équipe est-elle suffisamment solide ? Est-elle capable de mener le projet à bien ?

Ce faisant, il est crucial de mettre en avant la qualité de votre équipe et les synergies qui existent entre ses membres. Utilisez votre pitch deck pour évoquer le background de chacun(e) et mettre en évidence ses atouts clés. Oubliez les diplômes et les formations : préférez l’expérience professionnelle et les résultats obtenus sur le terrain. Insistez sur les complémentarités au sein du groupe, en attribuant aux uns et aux autres un rôle bien précis et une valeur ajoutée.

La présentation de votre pitch deck !


Impossible d’expliquer comment créer un pitch de startup pour les investisseurs sans évoquer sa présentation le jour J. Il s’agit à la fois du support visuel qui vous servira à communiquer vos informations et à diffuser votre message (le « pitch deck »), et de la manière de présenter les choses. Quelques conseils :

  • Utilisez des slides de présentation, idéalement un ou deux slides au maximum par étape (accroche, problème/solution, marché, équipe…).
  • Travaillez votre langage oral et corporel afin d’améliorer la perception qu’auront les investisseurs de votre pitch : posture, contact visuel, clarté des mots, utilisation des gestes pour accentuer des points clés, sens du timing, etc.
  • Répétez longuement votre présentation en amont du grand oral, et faites-le devant un public diversifié afin d’obtenir des feedbacks et de vous perfectionner.
  • Enfin, adaptez-vous à votre audience : accordez votre discours, vos arguments, votre ton de voix et même votre langage corporel aux profils qui vont vous écouter.

Comment faire un bon « elevator pitch » pour une levée de fonds ?


Nous avons passé du temps à vous indiquer comment créer un pitch de startup pour les investisseurs, mais en partant du principe que vous disposerez de plusieurs minutes afin de dérouler votre présentation.

Or, ce ne sera pas nécessairement le cas. Dans le cadre d’une levée de fonds, votre auditoire peut vous imposer de résumer votre projet en moins d’une minute : on parle alors d’un « elevator pitch », une présentation suffisamment brève pour être exposée le temps d’un trajet en ascenseur.

C’est une épreuve complexe à ne surtout pas négliger : il est essentiel de faire bonne impression rapidement et d’invoquer des arguments persuasifs dans un délai extrêmement limité, avec une pression énorme sur les épaules. Pour cela, le « pitch d’ascenseur » doit faire ressortir exclusivement les informations les plus importantes et les plus pertinentes, à partir de la présentation plus complète que vous avez réalisée en amont.

Cela inclut : le produit/service, le problème et sa solution, les valeurs de l’entreprise, la cible, et la valeur ajoutée. Entraînez-vous devant le miroir et ne vous présentez pas devant des investisseurs sans avoir atteint une maîtrise parfaite de votre discours !

Épisodes

31 Épisodes

S’abonner au podcast

Recevez mes derniers podcasts directement dans votre boîte mail.

@
Abonnez-vous